Plan régional de lutte contre le radicalisme violent

Mercredi, 13 février, 2019

En matière de prévention contre le radicalisme en Wallonie, 10 mesures concrètes, relevant des compétences wallonnes, ont été validées par le Gouvernement.

1. Création d’un Centre régional d’expertise en matière de prévention du radicalisme violent

Ce centre aura pour vocation d’être un véritable centre d’excellence rassemblant tous les professionnels de la Wallonie en la matière, permettant dès lors la cohésion des différents partenaires.

2.    Appui renforcé aux Cellules de sécurité intégrale locales en matière de radicalisme, d’extrémisme et de terrorisme
Depuis juillet 2018, les bourgmestres sont tenus de créer une cellule de sécurité intégrale locale en matière de radicalisme, d'extrémisme et de terrorisme (CSIL-R). Celle-ci a pour but de prévenir des infractions terroristes. 74 communes disposent déjà d’une telle cellule. La Wallonie accordera des moyens financiers supplémentaires aux villes et communes wallonnes, via un appel à candidatures, pour engager un coordinateur chargé de superviser les travaux et les réunions de la cellule.

3. Mise en place d’une mobile team régionale

Une mobile team sera mise en place au sein du SPW Intérieur et Action sociale afin d’améliorer la couverture du territoire wallon en matière de services de formation à la détection du radicalisme. Les communes pourront faire appel à cette équipe mobile pour leur permettre de former leur personnel à la détection du radicalisme.

4. Administration : prévenir la criminalité liée au radicalisme
Une étude doit être réalisée en vue de mettre en place une approche administrative de prévention de certains risques au regard des valeurs démocratiques de la société wallonne (activation de dispositif des sanctions administratives, agrément ou retrait d'agrément de certains établissements, etc.).

5.    Inventaire des lieux sensibles du territoire wallon
Par site sensible, il faut entendre des infrastructures qui nécessitent des mesures de sécurité particulière pour prévenir toute infiltration par une personne radicalisée et souhaitant passer à l’acte sous la forme d’une attaque terroriste.

6.    Formation spécifique à destination des fonctionnaires régionaux
Sensibiliser et informer des agents de terrain en lien direct avec la population à certains phénomènes criminels, comme le radicalisme violent est essentiel. Un nouveau programme de formation spécifique sera également mis sur pied. Il s’adressera en priorité aux agents du SPW, aux organismes publics régionaux et au Réseau radicalisme, le public cible pouvant être étendu par la suite.

7.    Plan de sécurité interne au SPW
L’ensemble des plans internes d’urgence des bâtiments du SPW seront étendus aux aspects de sécurité et prévoiront donc également des réponses adaptées en cas de vols, d’intrusions, d’actes de terrorisme, de vandalisme, etc.

8.    Renforcement des dispositifs visant l’intégration et le « vivre ensemble »
Cette mesure vise à assurer la diffusion des outils d'information et des bonnes pratiques relatifs à la lutte contre le radicalisme violent auprès des organismes et asbl actifs dans le domaine du vivre ensemble, de la cohésion sociale, de la lutte contre les discriminations.

9.    Décryptage de l’information pour développer l’esprit critique sur les réseaux sociaux
Il s’agit de favoriser/encourager des projets de veille sur les réseaux sociaux et de déconstruction des discours radicaux sous toutes ses formes : discours de haine, théories du complot, appels à la violence, propagande, etc.

10.    Formation professionnelle à destination des personnes détenues
Afin de réduire le risque de récidive, notamment dans le chef des personnes radicalisées qui séjournent dans une prison wallonne, et pour lutter contre l’endoctrinement religieux en milieu carcéral, il est nécessaire de poursuivre et accentuer les efforts de formation des détenus pour faciliter leur sortie de prison et leur réinsertion.