La Wallonie revoit son Plan d’Exposition au Bruit (PEB)

Vignette
avion
Afin de faire coïncider le développement des aéroports wallons avec une protection efficace des riverains aux nuisances sonores et de favoriser un juste équilibre entre le développement des aéroports wallons et le bien-être des citoyens, le Gouvernement wallon a procédé à la 5ème révision triennale des Plans d'Exposition au Bruit.

Le Plan d'Exposition au bruit (PEB) permet de déterminer les mesures en faveur des riverains à proximité des aéroports (acquisition, insonorisation et primes). Il est revu tous les 3 ans.

L'objectif de la 5ème révision triennale est double :

  • Vérifier que les PEB correspondent, au minimum, à la situation réelle, notamment en ce qui concerne le nombre de mouvements enregistrés sur l'aéroport ou la flotte utilisée par les opérateurs économiques ;
  • Adapter les limites des PEB en fonction de l'évolution prévue ou prévisible des activités aéroportuaires et de la composition des flottes à dix ans.

Lors de cette 5ème révision, le Gouvernement a décidé de procéder à une rectification matérielle des Plans de Développement à Long Terme (PDLT) de chaque aéroport avec un nouveau logiciel, plus précis et plus complet. Ces plans recalculés, sur base des hypothèses strictement identiques à celles retenues en 2004, engloberaient les PEB révisés. 

Il serait ainsi proposé que les propriétaires d'habitations, situées hors zones initiales et nouvellement intégrés dans les courbes rectifiées, soient bénéficiaires des mesures d'accompagnement. 

L'estimation globale de l'impact budgétaire varie entre 30.168.530 € et 43.097.900 €.

A ce jour, plus de 400.000.000 € ont été investis par la Wallonie en faveur des riverains dans le cadre de ces mesures.

Des mesures complémentaires

Parallèlement à cette révision du PEB, le Gouvernement wallon a souhaité répondre aux attentes des riverains. En plus d'instaurer un groupe de travail technique chargé d'évaluer les pistes concrètes permettant de diminuer les nuisances sonores (exemple : amélioration des procédures de vol), il a donc accepté d'ajouter les mesures suivantes :

  • La possibilité pour les communes wallonnes situées en-dehors du PDLT de solliciter la SOWAER pour bénéficier des mesures sonores.
  • L'élargissement du Comité d'accompagnement aux communes wallonnes survolées à moins de 5.000 pieds qui souhaiteraient l'intégrer.
  • Le développement de projets multimodaux incluant le rail, notamment Liège Carex, et tenant compte des infrastructures ferroviaires existantes ou en projet à proximité immédiate des sites.
  • Pour Liege Aiport, le suivi de l'étude de mobilité initiée par le SPW et intégrant les éléments du plan de secteur et les projets de développement.

Lire le communiqué de presse complet

Retour aux actualités