La Haute Meuse en chômage

Vignette
CRHM
Du 24 septembre au 16 octobre inclus, la Meuse sera mise en chômage entre la frontière française et le barrage de La Plante, à Namur. Durant ces trois semaines, la navigation y sera interrompue, et l'amarrage interdit.

La mise en chômage du fleuve consiste à vider une grande partie de ses eaux de manière à permettre l'inspection, la réparation, et l'entretien des berges, des barrages, et des écluses.

Cette opération, spectaculaire et nécessaire, est organisée tous les 5 ans depuis 2007. Elle se tient traditionnellement au début de l'automne, période lors de laquelle le débit de la Meuse est censé être moins important.

Concrètement

Les neuf barrages de la haute Meuse (La Plante, Tailfer, Rivière, Hun, Houx, Dinant, Anseremme, Waulsort et Hastière) seront ouverts progressivement, l'un après l'autre, en commençant par Namur. Le niveau de la Meuse descendra ainsi de 10 cm par heure pour retrouver son cours naturel. Cette étape devrait durer environ 36 heures. S'ensuivront ensuite les travaux sur les berges et les ouvrages. 

Cette opération d'envergure sera pilotée par le SPW Mobilité et Infrastructures. Une équipe du département de la Nature et des Forêts (DNF, SPW Agriculture, Ressources naturelles et Environnement) sera également présente sur place pour sauver les poissons qui pourraient se trouver piégés par la chute du niveau d'eau.

Le chômage de la Meuse va également être l'opportunité pour le Contrat de rivière Haute-Meuse et ses partenaires de faire découvrir au grand public le fleuve sous un autre angle et d'agir sur le terrain.

Une opération "Meuse propre" destinée à retirer les déchets dans les parties asséchées du lit du fleuve sera organisée le samedi 1er octobre à Hastière, Anseremme et Dave) et le samedi 8 octobre à Godinne et Yvoir.

Des animations scolaires sont également programmées. Plus d'infos

Retour sur les actions menées en 2017

Au niveau des travaux effectués, la dernière mise en chômage de la Meuse, en 2017, avait permis : 

  • De mener des travaux de génie civil aux barrages d'Anseremme, de Dinant, de Houx et de Rivière pour y accueillir des centrales hydroélectriques
  • Un entretien extraordinaire pour les écluses de Dinant et de Rivière
  • Un entretien des berges pour un montant d'environ 500.000 €

Le DNF avait participé au sauvetage des poissons dans les zones où un batardeau avait été mis en place : aux écluses de Dinant et de Rivière, et aux barrages d'Anseremme, de Dinant, de Houx et de Rivière.

Le contrat de Rivière Haute-Meuse, enfin, avait mené un programme varié de sensibilisation, notamment auprès de 2 000 élèves. Il avait aussi organisé des actions de nettoyage de la Meuse et abordé la problématique des déchets sauvages rejetés dans notre environnement : 6 tonnes de déchets avaient pu être récoltées par plus de 400 bénévoles. Ces actions seront reconduites cette année.

Aujourd'hui, 8 à 10 bateaux empruntent quotidiennement cette partie de la Meuse. C'est dire l'importance d'une telle opération pour garantir au trafic fluvial les meilleures conditions possibles.
 

Retour aux actualités