Maisons de repos et autres structures résidentielles

[Covid-19] Mesures dans les maisons de repos (MR-MRS) et autres structures résidentielles

Date de dernière mise à jour : 12 novembre 2020

Visites

Les visites au sein de la maison de repos (et de soins) sont limitées à maximum un visiteur par résident, toujours le même pendant 15 jours. Après ce premier cycle de 15 jours, soit le visiteur recommence un nouveau cycle de visites de 15 jours, soit un nouveau visiteur entame un nouveau cycle de visites de 15 jours.

Les visites sont exclusivement organisées dans un espace dédié de l'établissement ; les visites en chambre ne sont pas autorisées sauf pour les situations exceptionnelles de fin de vie ou en présence d'un syndrome de glissement. Dans ces deux seules hypothèses, les visites sont autorisées en chambre.

Lors de ces visites, le port du masque chirurgical est obligatoire pour tout visiteur et tout résident.

Une hygiène des mains scrupuleuse et méticuleuse devra être réalisée par les visiteurs et le résident au début de la visite et à son issue.

La distanciation physique de 1m50 doit être respectée.

L'aération des locaux doit être assurée le plus souvent possible.

Les sorties des résidents sont fortement déconseillées.

Circulaire sur les modalités applicables dans les MR-MRS (23/10/20)

Pour les autres structures résidentielles, des circulaires sont également d'application :

Circulaire sur les modalités applicables dans les structures résidentielles pour adultes en situation de handicap (23/10/20)

Circulaire sur les modalités applicables dans les maisons de soins psychiatriques (23/10/20)

Circulaire sur les modalités applicables dans les centres de revalidation fonctionnelle (23/10/20)

Pour plus d'informations, consultez le site covid.aviq.be

Tests salivaires dans les MR-MRS

Un monitoring permanent est prévu dans les maisons de repos (MR-MRS) : chaque semaine, l'ensemble du personnel sera soumis à un test salivaire "gargarisme".

Cette initiative, rendue possible grâce à un partenariat avec l'Université de Liège qui a développé des tests salivaires à grande échelle, va permettre d'évaluer régulièrement la situation dans chaque établissement et de prendre, le cas échéant, des mesures de protection pour préserver nos aînés.

Une phase pilote est préalablement organisée dès le 13 novembre dans 6 maisons de repos situées en région de Liège, Namur et Charleroi. Cette première phase permettra d'éprouver le modèle avant de le généraliser.

Équipes mobiles d'urgence

Depuis début novembre et grâce à un nouveau partenariat avec la Fédération des Maisons médicales qui avait déjà fourni son expertise lors de la première vague, plus de 20 professionnel.le.s de santé publique indépendant.e.s viennent gonfler les rangs des équipes mobiles d'urgence.

Ces équipes, composées de psychologues, d'infirmier.es, d'éducateur.trice.s, d'assitant.es sociaux...apportent notamment leur aide en matière d'hygiène hospitalière, de cohortage, d'aménagement de l'infrastructure ou encore de soutien psycho-social. Elles seront actives pendant 6 mois.

 

Retour au dossier