Délivrance des permis pour la déconstruction de deux sites liégeois d'ArcelorMittal

Vignette
beeveephoto
Les permis uniques (environnement et urbanisme) pour le démantèlement du site de Chertal et du Haut fourneau B d'Ougrée (HFB) viennent d'être octroyés par les administrations régionales compétentes. La délivrance de ces permis constituent une nouvelle étape dans le processus de réhabilitation de 300 ha de friches industrielles situées dans le bassin liégeois.

En avril 2020, la SOGEPA a été mandatée par le Gouvernement wallon pour négocier l'acquisition, assainir et redéployer les sites liégeois désaffectés d'ArcelorMittal ainsi que celui de Duferco-Carsid à Charleroi.

Plusieurs étapes importantes ont déjà été franchies dont la désignation de prestataires chargés d'élaborer une vision d'avenir pour ces sites. Par ailleurs, les permis relatifs au démantèlement du HF6 à Seraing et de la Cokerie à Ougrée ont déjà été octroyés et une première phase de déconstruction des installations hors sol a déjà eu lieu ou est en cours de réalisation.

Trois ans pour déconstruire

À présent, c'est une nouvelle étape qui est franchie avec la délivrance des permis uniques de démantèlement des installations sur les sites de Chertal (131 ha sur un total de 180) et du HFB (33 ha).

Le processus de déconstruction des installations hors sol doit s'étaler sur une période de 3 ans (jusque mi-2024).  Les chantiers génèreront un volume total de 325 000 t de déchets et matériaux qu'il conviendra d'orienter vers les filières adéquates afin de maximiser leur recyclage. Leur convoyage privilégiera les voies d'eau et le rail. Des opérations de désamiantage sont également prévues. Elles seront encadrées de manière très stricte.

Suivi des chantiers par les autorités

L'octroi de ces permis va de pair avec un dépôt de garantie de la part de l'exploitant et propriétaire auprès des autorités compétentes. Il ne s'agit pas d'un paiement, mais d'une sûreté qui pourra être actionnée si un problème survenait au cours des opérations.

La mise en place d'organes de concertation et d'un système de reporting sont également prévus afin que les autorités puissent connaître l'état d'avancement des opérations de démantèlement et, au besoin, contrôler leur bon déroulement en se rendant directement sur site.

Contexte général

Le démantèlement de ces deux sites liégeois s'inscrit dans le cadre de la politique régionale de reconversion d'anciens sites industriels qui vise à atteindre un total de 100 ha dépollués et reconvertis chaque année. Cette ambition répond à la fois à des enjeux économiques (pénurie de grands terrains et création d'emplois), stratégiques (« Stop béton » à l'horizon 2050 qui vise à ne plus grignoter de terres agricoles, non artificialisées, ... ) et environnementaux (qualité des sols, de l'eau et de l'air).

D'un point de vue local, l'octroi des permis pour Chertal et le HFB va permettre la poursuite du processus de redéploiement de ces terrains stratégiques pour le développement économique du bassin liégeois. À terme, de nouvelles activités, porteuses d'emplois et de nouvelles compétences, pourront y être accueillies.

 

 

 

Retour aux actualités