Fin des travaux d'élagage le long des autoroutes et routes régionales

Vendredi, 20 Avril, 2018

Cela n'aura échappé à aucun automobiliste : des milliers d’arbres ont été abattus, ces derniers mois, le long de nos (auto)routes. Cette mesure de sécurité s’inscrit dans une vaste campagne d’entretien. Avec comme conséquences, plus de dégagement, plus de luminosité et, parfois même, de nouvelles perceptions du paysage...

Depuis ce 1er avril et le début de la période de nidifications des oiseaux, ces travaux ont été suspendus.

Ces différentes interventions ont pour principaux objectifs :

  • La sécurisation du réseau afin d'éviter les chutes d'arbres ou de branches sur la voie publique et donc de prévenir d'un risque réel d'accident ;
  • La mise en conformité du réseau au sujet des obstacles latéraux, par une largeur minimale respectant les distances de recul ;
  • L'amélioration de la visibilité des panneaux de signalisation et de l'éclairage ;
  • L’apurement d'un passif de manque d’entretien indispensable de la végétation en bord de voirie, permettant ainsi de nettoyer et faciliter le vaste système d'égouttage longeant les routes et réduisant ainsi les risques d'aquaplanage en temps pluvieux.

Principe de recépage

Si, pour de nombreux usagers de la route, ces interventions ont pu paraître spectaculaires, il ne s’agit nullement d’un déboisement ni d’une mise à blanc. Lors de ces coupes d’arbres le long des (auto)routes, la technique de recépage est utilisée. Celle-ci consiste à couper un arbre près du sol afin d'obtenir de nouvelles pousses permettant ainsi une régénération naturelle de la plantation.

À moyen terme, cet indispensable entretien ne perturbe que très peu la biodiversité et le maillage vert persistant. Le recépage permet, en outre, de redynamiser la production de biomasse et de la biodiversité, celle-ci étant plus élevée lors des jeunes taillis.

Que deviennent les arbres coupés ?

Les arbres sont revalorisés sous forme de copeaux de bois pour une réutilisation sur des chantiers de plantation comme couvre sol et/ou sous forme de rondins de bois ou de plaquette pour être utilisés comme combustible de chauffage.

Travail coordonné et concerté

Ces travaux d'élagage, qui reprendront à l'automne prochain, font l'objet au sein du SPW d'un protocole d'accord signé par la DG Routes (DGO1), la DG Ressources naturelles et Environnement (DGO3) et la DG Aménagement du Territoire (DGO4).

S'étalant sur la période 2018-2020, ce protocole met en place les meilleures pratiques possibles avec, comme ligne directrice, la sécurité des usagers et ce dans le cadre du respect du développement durable. Il tient en effet compte des enjeux sécuritaires, environnementaux et économiques. Il permet en outre de définir les limites d'actions, les méthodes de travail et les entretiens futurs. De ce fait, aucune perte environnementale et/ou paysagère ne sera donc encourue.

Séance d'information

Le lundi 28 mai aux Moulins de Beez (Namur), une journée d'information est organisée pour présenter en détails ce protocole d'accord pour la gestion des abords boisés aux acteurs externes tels que les communes, fédérations et professionnels du secteur.

Programme :

  • 12h30 : accueil + sandwichs
  • 13h30 : introduction par Etienne Willame, Directeur général de la DGO1
  • 14h15 : mode d’emploi pour une gestion raisonnée et durable des abords boisés des (auto)routes régionales
  • 15h20 : présentation du « Plan arbres » par Harold Grandjean, Directeur de la direction des Aménagements paysagers
  • 15h30 : questions – réponses
  • 16h00 : fin

Le nombre de places étant limité, l’inscription est obligatoire avant le 18 mai.

Infos : 081 77 33 84