[Covid-19] Production et décontamination de masques

Vignette
Masque
Face à la pénurie de masques que connait notre pays et pour soulager à terme le personnel soignant en première ligne, le Gouvernement wallon a mis en place une task force destinée à trouver une solution rapide et locale en vue de fournir des masques au plus grand nombre.

S'appuyant sur l'expertise wallonne au niveau des secteurs pharmaceutique et biotechnologique, la task force veut répondre à la nécessité de disposer d'une capacité de production wallonne, compte tenu des grandes difficultés d'approvisionnement des masques sur le marché international. La Wallonie tient compte également de la demande de masques dans la durée, mais aussi de la nécessité de préparer stratégiquement l'avenir.

Par ailleurs, très soucieux de pouvoir activer des disponibilités à court terme, des experts scientifiques explorent la possibilité de décontaminer des masques utilisés.

Production de masques

Après examen sur la base de critères objectifs (conformité aux normes du produit, engagement de disposer des matières premières, stabilité de l'investissement, crédibilité du business plan, délais de mise en œuvre, ...), le choix du partenaire industriel s'est porté sur la société DELTRIAN INTERNATIONAL S.A. basée à Fleurus.

DELTRIAN INTERNATIONAL apportera une solution opérationnelle pour fin mai 2020 sur le territoire wallon. La solution repose sur l'implémentation de deux lignes de production (capacité : 30 millions d'unités/an) et d'emballage totalement automatisées dans un environnement pur, ainsi que les infrastructures nécessaires pour les matières premières et le stockage des produits finis.

Décontamination de masques

L'autre piste étudiée consiste en la décontamination des masques chirurgicaux et de protection respiratoire (FFP2/3) usagés.

Avec le CHU de Liège, 3 entreprises (Sterigenics, AMB Ecosteryl, Lasea) et 2 centres de recherches (Materia Nova, CentexBel) procèdent à des essais techniques afin de mettre en place une filière de décontamination des masques.

Cette piste de la décontamination/stérilisation consiste à appliquer aux masques usagés 4 types de traitement : chaleur sèche, UV, plasma et peroxyde d'hydrogène.

Début avril, un protocole validé scientifiquement a été soumis à l'Agence fédérale des Médicaments et des Produits de Santé (AFMPS). Quelques jours plus tard, l'Agence produisait une directive nationale pour guider le « reprocessing » des masques usagés afin que la réutilisation via nettoyage, désinfection ou stérilisation soit possible.

Quinze jours après le début du projet, les premiers résultats intermédiaires sont connus. Ils montrent que l'efficacité de filtration et la respirabilité des masques semblent préservées après qu'ils aient subi un cycle de décontamination suivant les différentes méthodes présentées ci-dessus.

Les différents traitements proposés par les sociétés wallonnes ont permis de réduire la charge microbienne au niveau de celle observée sur les masques neufs.

Ces premiers résultats sont une avancée importante. Ils permettent, dès aujourd'hui, aux hôpitaux, aux maisons de soins et de manière générale, à toutes les institutions confrontées à une pénurie de masques, de mettre en place un protocole d'utilisation de méthodes couramment utilisées et assez facilement accessibles, comme par exemple le peroxyde d'hydrogène ou la chaleur sèche, pour décontaminer leurs masques, de manière individualisée.

Composition de la task force

La taskforce est composée du cabinet du ministre de l'Économie, du cabinet de la ministre de la Santé, des représentants des 3 outils financiers wallons (SRIW, SOGEPA, SOWALFIN), du SPW Économie, de l'UWE, de BIOWIN, d'AGORIA, d'ESSENSCIA et de l'Université de Liège.

Les outils financiers régionaux ont évalué la faisabilité technico-financière de ces diverses initiatives industrielles.

Retour aux actualités