[Covid-19] Get up Wallonia ! : la stratégie régionale de l'après-crise

Vignette
femme qui tient un globe transparent
Adobe Stock
Ces dernières semaines, le Gouvernement wallon s’est attelé à répondre aux urgences liées à la crise du Covid-19, ainsi qu’à préparer l’avenir. Dans ce cadre, il met en place l’initiative Get Up Wallonia ! Son objectif est de dessiner, ensemble, l’avenir de la Région.

Voici une synthèse de la note Get up Wallonia ! diffusée le 22 avril 2020 (télécharger la version complète)

Contexte et constats

La crise liée au Covid-19 exige, en premier lieu, une réponse sanitaire et une mobilisation maximale de l'ensemble des pouvoirs publics pour lutter efficacement contre la propagation du virus et faire face à ses conséquences humaines.

Outre les aspects sanitaires, ces conséquences, encore indéfinies, seront profondes et de grande ampleur. La mise à l'arrêt ou la réduction drastique d'activités économiques en raison du confinement, de même que les nouvelles contraintes d'ordre sanitaire, pourraient conduire à une crise économique et sociale sans précédent.

Ces préoccupations majeures, qui requièrent l'adoption de mesures de court, moyen et long terme, s'ajoutent aux questions environnementales et climatiques, qui restent centrales (dérèglement climatique, perte de biodiversité, épuisement de ressources naturelles).

La crise du Covid-19 bouleverse notre société et la force à se repenser elle-même. Des préoccupations latentes retrouvent soudain une actualité brûlante : la primauté de la santé, la solidarité avec les plus faibles, le respect des aînés, l'importance stratégique des services essentiels, la reconnaissance de certains métiers jusqu'ici trop peu considérés, etc.

Principe

La crise du Covid-19 montre que les questions sanitaires, économiques, sociales et environnementales sont interdépendantes. Il ne s'agit pas de faire un choix entre ces matières mais d'avoir une approche coordonnée, cohérente et globale en mobilisant l'ensemble des acteurs et des leviers à disposition. Cela concerne aussi bien les politiques sociales, environnementales et économiques que les politiques d'aménagement du territoire, de mobilité, d'énergie ou d'agriculture.

4 objectifs sont identifiés

1. Objectif économique

Les priorités dégagées sont :

  • La relocalisation sur le territoire régional de la production de biens en particulier dans les secteurs liés à la santé et à l'alimentation.
  • La réindustrialisation de la Wallonie pour augmenter ses capacités de production et lui garantir une meilleure autonomie en particulier dans les secteurs suivants : l'économie circulaire, le numérique, les biotechnologies ou encore le secteur pharmaceutique.

Pistes d'action :

  • Aide aux entreprises wallonnes pour surmonter la crise avec une attention appuyée pour les indépendants et les PME ;
  • Soutien aux entreprises pour leur permettre de rétablir, le plus rapidement possible, un niveau d'activité, d'innovation en R&D et d'exportation, antérieur à la crise ;
  • Valorisation des atouts de l'économie circulaire, des circuits courts, du numérique, de l'économie sociale et de l'entrepreneuriat coopératif ;
  • Mise en place de chaînes d'innovation intégrées sur la base de l'analyse des chaînes de valeur ;
  • Octroi d'aides aux entreprises pour les rendre toujours plus innovantes au niveau de l'impact environnemental, du caractère « non délocalisable » des emplois générés et du caractère pérenne et rentable à moyen terme de l'activité ;
  • Recours aux investissements et marchés publics comme contributeurs de redéploiement.

2. Objectif social

Le Gouvernement fait du pouvoir d'achat des citoyens une priorité. Le premier vecteur pour y parvenir est et reste l'emploi. Il est essentiel de créer et de soutenir une dynamique intense d'insertion socioprofessionnelle, axée notamment sur un accompagnement plus soutenu des chercheurs d'emploi.

Pistes d'action :

  • Effort massif sur la formation professionnelle et la formation au numérique, le développement et l'actualisation des compétences en lien avec les métiers émergents et techniques (STEM), les métiers d'avenir et en pénurie, les métiers essentiels (santé, action sociale, alimentation), la requalification ou l'amélioration des compétences ;
  • Encouragement à l'autocréation d'emploi ;
  • Mise en œuvre de mesures garantissant l'accès au biens et services essentiels (logement, eau, énergie, alimentation saine) ;
  • Renforcement de la politique de santé préventive, incluant le droit à un environnement sain pour tous ;
  • Prise en compte des difficultés des CPAS et renforcement de leurs moyens.

3. Objectif environnemental

Il apparaît que les synergies sont évidentes entre, d'une part, les solutions de lutte contre le changement climatique et de l'érosion de la biodiversité et, d'autre part, les questions économiques et sociales.

Pistes d'action :

  • Renforcement de la protection de la nature pour bénéficier des services écosystémiques qu'elle procure (eau, sol, ressources naturelles, etc.) ;
  • Reconnexion à la nature en valorisant les richesses naturelles de la Wallonie, par exemple par le développement de l'écotourisme ;
  • Transition vers une alimentation durable et de qualité passant par le soutien des producteurs locaux, le respect et la restauration des écosystèmes et le développement de l'emploi local.

4. Objectif de développement territorial

Le Gouvernement entend tirer les enseignements de la crise quant à l'utilisation massive des pratiques numériques et du travail à domicile, au renforcement de la mobilité collective et de la mobilité douce, au développement des atouts logistiques de la Wallonie et à l'accroissement de la connectivité et de la numérisation du territoire wallon.

Il veillera aussi à simplifier et accélérer les procédures en matière de gestion du territoire.

Une stratégie spécifique vis-à-vis des pouvoirs locaux devra être mise en place pour leur permettre de planifier la gestion de la période post-pandémie dans différents domaines (santé des citoyens, cohésion sociale, économie, sécurité, continuité des services, ressources, logement, mobilité, commerce, etc.).

Phases d'action

Pour chacun de ces enjeux, la mise en œuvre s'échelonnera dans le temps :

  • Phase d'urgence : dans l'immédiat, faire face à toutes les situations critiques ;
  • Phase de relance : dans la perspective de la fin de la période de confinement et à l'issue de celle-ci, adopter des mesures permettant de réamorcer l'économie régionale en répondant aux enjeux sanitaires, sociaux et environnementaux ;
  • Phase de redéploiement : confirmer, amplifier ou réorienter les politiques publiques au départ des conclusions tirées de la crise sanitaire et de ses conséquences économiques et sociales, en y intégrant une politique environnementale.

Méthodologie

Deux volets sont prévus :

  1. Mise en place d'un pilotage pluridisciplinaire qui a pour mission de faire des recommandations au Gouvernement. Y seront associés les cabinets ministériels concernés, les services compétents du SPW, les UAP, les universités et institutions publiques dont la présence est jugée pertinente, des experts scientifiques et notamment des économistes, les partenaires sociaux et des acteurs de terrain et personnalités dont l'expertise reconnue est utile à la réflexion.
  2. Organisation d'une large participation : les citoyens, les entreprises, les associations, les services publics et la société civile organisée seront également invités à formuler leurs idées et propositions pour répondre aux enjeux soulevés par la crise du Covid-19 et alimenter la vision de la Wallonie à l'horizon 2050, au départ d'une plateforme web et d'un processus participatif mobilisateur.

La réflexion ainsi lancée alimentera notamment le plan de transition prévu par la Déclaration de politique régionale. Celui-ci sera conçu comme un plan de renforcement de la résilience de la Wallonie, qui facilitera la sortie de crise et permettra le redéploiement régional après la crise.

Composition du Conseil stratégique définie le 2 juillet 2020

Le conseil stratégique, composé d'experts académiques, fournira des réflexions prospectives de court, moyen et long terme centrées sur l'évolution future de la Wallonie. L'objectif est d'éclairer la prise de décision politique notamment au regard des connaissances scientifiques et des perspectives de développement économique, social, environnemental, territorial ou encore technologique. Chaque membre a été sélectionné en raison de son expertise et de sa capacité à proposer une vision globale du développement de la Wallonie.

Ce conseil comprend :

  • Annick CASTIAUX, professeur en gestion de l'innovation et vice-rectrice de l'UNamur
  • Mathias DEWATRIPONT, professeur à l'ULB et vice-gouverneur honoraire de la Banque Nationale de Belgique
  • Catherine FALLON, directrice du Spiral, chargée de cours à l'ULiège
  • Eric HAUBRUGE, professeur ordinaire à l'ULiège
  • Anne HELDENBERGH, professeur ordinaire de finance à l'UMons, conseillère à la qualité au sein du collège rectoral de l'UMons
  • Marthe NYSSENS, professeur d'économie à l'UCLouvain, Prorectrice Transition et Société
  • Mikael PETITJEAN, professeur à l'IESEG School of Management (Lille) et à la Louvain School of Management (UCLouvain)
  • Jérome SCHOENMAECKERS, maître de conférence à HEC-Liège, chargé de projets au Centre international de recherches et d'information sur l'économie publique, sociale et coopérative (CIRIEC)
  • Géraldine THIRY, docteure en économie, enseignante-chercheuse en économie à l'ICHEC et à l'UCLouvain.
Retour aux actualités