Baromètre de prévention des déchets : la consommation durable progresse

Vignette
Adobe Stock
Si le volume de déchets générés par les ménages wallons reste trop élevé, une transition vers des modes de consommation durable est en train de s'opérer. Tels sont les grands enseignements du baromètre de prévention des déchets du Service public de Wallonie.

Mené sous la forme d'une enquête par la firme Ipsos auprès d'un panel représentatif de la population wallonne, ce sondage comprend une série de questions sur des thèmes aussi variés que les déchets organiques, les déchets d'emballages, les déchets sauvages ou encore la réutilisation et le réemploi.

Il a été lancé pour la première fois en 2014. Les dernières données, récoltées en 2018, ont été réactualisées en 2022 afin d'estimer l'évolution des comportements, des connaissances et de la perception des ménages wallons par rapport à leur consommation et production de déchets, en ce compris les déchets sauvages.

Encore beaucoup de déchets...

Les conclusions du baromètre 2022 sont claires : la population wallonne continue à consommer beaucoup, sans toujours tenir compte de l'impact (environnemental et économique) des déchets. Ainsi, en 2022, 49 % des ménages jettent des restes de repas au moins une fois par semaine, soit 3% de plus qu'en 2018.

De moins en moins de Wallonnes et Wallons accordent ailleurs de l'importance à la durée de vie des appareils électroniques qu'ils achètent. Exemple : 63 %  tiennent compte de la durée de vie de leur nouveau smartphone lors de l'achat contre 71 % en 2018.

... mais une évolution vers des modes de consommation plus durables

Plusieurs évolutions indiquent un changement d'attitude :

  • Les biens de seconde main gagnent en popularité (surtout parmi les plus jeunes) et 75 % de la population est désormais convaincue que l'achat de produits d'occasion permet de protéger l'environnement ;
  • La consommation d'eau en bouteille recule de 7 % au profit de l'eau du robinet (44 % privilégie désormais l'eau du robinet) ;
  • La prédilection pour le vrac, les emballages réutilisables et recyclables se confirme : 68 % préfèrent acheter leurs fruits et légumes en vrac plutôt qu'emballés et près de la moitié utilisent leurs propres contenants lors des achats en vrac ;
  • Le recours au prêt, à la location ou au partage est en augmentation, notamment pour les vêtements, le matériel de puériculture et les équipements sportifs, et reste populaire pour le matériel de bricolage, le jardinage, l'électroménager et la mobilité.

La crise du Covid-19, la crise énergétique et la mobilisation croissante autour du dérèglement climatique ont indéniablement influencé les comportements et ont accru la sensibilisation de la population à l'importance de la durabilité.

Consulter les résultats complets du baromètre

Quelles actions pour répondre à ces enjeux ?

Afin d'encourager les évolutions positives et d'accroître les efforts pour lutter contre le gaspillage alimentaire et  l'obsolescence des appareils électroniques, le Gouvernement wallon planche actuellement sur un nouveau décret qui donnera des outils réglementaires concrets pour appuyer des modes de production et de consommation.

Ce décret viendra compléter les objectifs et actions du Plan wallon des Déchets-Ressources.

Retour aux actualités