1918-2018 : l’hommage de la Wallonie

Vendredi, 26 Octobre, 2018

La commémoration du 11 novembre revêt cette année une solennité toute particulière puisqu’elle marque le centenaire de l’Armistice qui mit fin à la Première guerre mondiale. La Wallonie rend hommage à toutes celles et ceux qui ont souffert lors de cette guerre, mais aussi et surtout à la Paix retrouvée.

Après le spectacle « Armistice » joué cet été pendant 15 jours sur la Places d’armes à Namur à destination du grand public, le Gouvernement wallon a commémoré, en collaboration avec la Défense, le centenaire de l’armistice de la Guerre 1914-1918 ce 6 novembre au Fort de Grâce-Hollogne où une stèle commémorative a été dévoilée.

Ce moment de recueillement protocolaire et symbolique a rassemblé autorités civiles et militaires, Ambassadeurs, Gouverneurs, associations patriotiques et descendants des victimes. La Professeure d’Histoire Laurence Van Ypersele (UCL) y a présenté un exposé sur la vie des Wallonnes et des Wallons sous l’occupation.

Soulignons également que tou(te)s les Bourgmestres wallon(ne)s ont été invités à s’associer à cette cérémonie en déposant une gerbe au même moment, dans leur commune. Le but étant d’inclure toute la Wallonie à cet hommage.

Un arbre pour se souvenir

Le Gouverment wallon a également souhaité impliquer les établissements scolaires. Le 9 novembre, 47 écoles (voir liste ci-dessus) participent à l’opération menée par l’Agence wallonne du Patrimoine « Un arbre pour se souvenir ». Ces établissements, en collaboration avec leurs pouvoirs locaux, sont invitées à planter un chêne, symbole de stabilité, de longévité et de justice. Les plants ont été fournis par la direction générale de la Nature du Service public de Wallonie.

Concert Wallonie-Canada

La Wallonie s’associe également aux deux orchestres de chambre, l’ensemble canadien Les Violons du Roy et l’Orchestre royal de chambre de Wallonie, qui s’uniront fraternellement pour honorer la mémoire aux soldats canadiens tombés en 1914-1918.

Concert au Théâtre royal de Mons le 10/11, à l’Hôtel de ville le 11/11 et au Théâtre de Namur le 12/11 

Retour sur l’histoire

Le 4 août 1914, appliquant le plan Schlieffen, les troupes allemandes envahissent la Belgique avec pour mission de traverser la Wallonie et d’atteindre Paris.

Le 7 août, la brigade du général Ludendorff s’empare de Liège, malgré la résistance des forts de la Meuse (la cité mosane reçoit la Légion d’Honneur). Pendant une semaine supplémentaire, durant la bataille de Liège, douze forts retiendront les divisions allemandes. Le 14 août, sept doivent capituler devant la puissance de feu des Grosse Bertha.

Le 15, Boncelles et Lantin tombent, ensuite Loncin. Le 16, Flémalle et Hollogne sont les derniers à mettre bas les armes. La bataille de Liège aura coûté la vie à 1 500 soldats et à 1 200 civils.

C’est ensuite à la position fortifiée de Namur de succomber le 24 août. Charleroi et Mons subiront bientôt le même sort. Le 26 août, c’est l’ensemble de la Wallonie qui est sous le joug de l’Allemagne.

Villes martyrs

Durant l’avancée des troupes ennemies, villes et villages vont malheureusement payer un lourd tribut à la guerre. À commencer par la population qui, sous le prétexte fallacieux de la présence de francs-tireurs, subira les pires atrocités : massacres, simulacres de procès, prises d’otages, quartiers incendiés, vols, réquisitions en tous genres… En province de Luxembourg, à Liège, dans le Namurois et le Hainaut, nombreux sont les civils abattus froidement.

Plusieurs communes wallonnes se verront rapidement décerner le titre peu envieux de « ville martyre » : Visé, Soumagne, Andenne, Tintigny, Tamines, Ethe, Dinant. Quatre longues années d’occupation débutent avec leur lot de privations, de déportations, de réglementations, de contrôles. L’espoir renaîtra à l’été 1918 lorsque Français et Américains repousseront l’armée impériale derrière la Marne. La délivrance viendra avec la signature de l’Armistice.

Fichier attachéTaille
PDF icon ecoles_un_arbre_pour_se_souvenir.pdf269.5 Ko