Pollution de l'air : Que faire en cas de pic de pollution ?

La pollution atmosphérique a des effets néfastes sur notre environnement et notre santé ; elle doit nous inciter à agir et adapter nos comportements toute l'année : covoiturage, transport en commun, modes de déplacement lents, performance énergétique de nos bâtiments, investissements industriels afin de réduire les émissions diffuses et aux cheminées, .... L'impact de la pollution de l'air sur la santé dépend de la concentration et de la composition des polluants, de la durée d'exposition, ainsi que de la sensibilité et des activités des personnes exposées. Des groupes de personnes plus sensibles (enfants, jeunes, adultes fragilisés par une maladie respiratoire, une maladie cardiaque ou vasculaire, femmes enceintes et personnes âgées) sont identifiés, auxquelles des recommandations s'adressent, et particulièrement en cas de pic de pollution.

Les pics de pollution

Les pics de pollution sont des augmentations importantes et rapides des concentrations de poussières en suspension dans l'air (les particules d'un diamètre de 10 microns dites PM10, et autres). Ils apparaissent surtout en hiver (lorsque la température extérieure est basse), spécialement à l'occasion de phénomènes d'inversions de température empêchant la dispersion des polluants dans l'atmosphère.

Le plan d'actions mis en place en Wallonie en cas de pic de pollution par les poussières fines précise les mesures destinées à limiter les effets sur l'environnement et la santé de ces épisodes de pollution. Les polluants atmosphériques sont surtout émis par les industries et les transports routiers, et dans une moindre mesure par l'agriculture, le chauffage domestique, la production d'énergie et les autres transports. C'est pourquoi, en cas de pic de pollution, des mesures de gestion de trafic routier peuvent être prises (limitation de la vitesse de 120 à 90 Km/h sur les autoroutes) et l'utilisation des transports en commun est encouragée, éventuellement par une gratuité temporaire du TEC dans les zones les plus sensibles.

Qui fait quoi en matière de pollution de l'air et en cas d'épisode de pollution ?

Un ensemble d'acteurs se coordonnent pour agir efficacement : L'Agence wallonne de l'Air et du climat (AWAC) élabore les plans de gestion de la qualité de l'air. Elle gère les alertes en cas de pic de pollution, en collaboration avec le Centre régional de Crise (CRC) et la Cellule interrégionale de l'Environnement (CELINE).

Le réseau télémétrique géré par l'Institut scientifique de service public (ISSeP) pour le compte de l'AWAC mesure en continu le niveau de pollution atmosphérique. Celui-ci est reporté sur une carte.

Le Centre régional de crise relaie les alertes de pics de pollution de CELINE vers les autorités concernées afin qu'elles prennent les dispositions prévues au plan d'action.

Le Centre PEREX assure la diffusion des messages « SMOG » le long des autoroutes, en cas d'épisode de pollution, et assure la visibilité des panneaux de limitation de vitesse.

La Cellule permanente environnement-santé (CPES) assure l'interface entre la population et les institutions pour les questions ayant traits à l'impact de l'environnement sur la santé.

La Communauté française active un call center de la Croix rouge (105) pour répondre aux questions santé en cas de pics.

Posez votre question au Téléphone vert : 0800/1.1901 ou par e-mail à la Cellule permanente environnement-santé : cpes@spw.wallonie.be .

Pour être informé par SMS d'un pic de pollution, inscrivez-vous sans attendre.