La Société wallonne des aéroports (SOWAER)

SOWAER : embarquement immédiat ! Dans son numéro de septembre 2012, le magazine "Vivre la Wallonie" présente les services publics wallons et plus particulièrement la Société wallonne des aéroports (SOWAER).

Le succès des aéroports wallons, c’est le consensus complet des forces vives. La SOWAER s’occupe du développement de 2 aéroports régionaux (Liège et Charleroi) et de 3 aérodromes (Spa, Saint-Hubert et Cerfontaine).

500 millions d'euros auront été nécessaires pour faire décoller le développement des infrastructures.

1995 constitue la période des grands virages. C’est à ce moment que tout commence à Liège avec TNT et à Charleroi avec Ryanair. Autre acteur public de la mobilité, la SOWAER, une société anonyme d’intérêt public. C’est la structure faîtière, le « bras financier » de la Wallonie qui a permis de développer les 2 aéroports régionaux de Liège-Airport et de Charleroi-Bruxelles-Sud ainsi que les 3 aérodromes de Spa, Saint-Hubert et Cerfontaine qui génèrent principalement des activités de loisirs.

Propriétaire du terrain et de l’infrastructure, la Wallonie met en gestion -moyennant une redevance annuelle- l’organisation de chaque site.

500 millions d'euros d’investissements

Le développement des aéroports de Liège et de Charleroi est un beau roman, une belle histoire. Début 90’, il ne s’y passait rien ou presque. Depuis 2001, un programme d’investissements de 500 millions aura permis de faire décoller le développement des infrastructures (280 millions pour Liège, 220 millions pour Charleroi et 15 millions pour les 3 aérodromes).

30 nouveaux millions permettront de finaliser une plateforme à Charleroi et 100 autres millions concrétiseront les plateforme et parking d’avions à Liège, le traitement du fret nécessitant de gros transporteurs qui restent stationnés plus longtemps sur la piste.

1995, période des grands virages

A partir de 1995, Cargo Airlines débute ses activités à Liège et les premiers contacts se nouent avec TNT. La suite, nous la connaissons.

Le low cost, une révolution stratosphérique

Au même moment à Charleroi, Ryanair prend son envol et propose, en 1997, une ligne à laquelle personne ne croit (Charleroi-Dublin) mais qui va atteindre le chiffre hallucinant de 200.000 passagers la première année ! Même si les aéroports sont en évolution constante (sécurité, travaux d’extension), la Wallonie n’interviendra bientôt plus dans leur financement. Ils devront pouvoir voler de leurs propres ailes en remboursant, d’une certaine manière par des dividendes annuels, ce que la Région aura consenti comme effort pour leur conférer une vitesse constante de progression avant d’essayer de franchir, qui sait, un palier supplémentaire…

Quelques missions de la SOWAER :

  • Aider les aéroports à se développer pour ensuite les amener à s’autofinancer ;
  • Informer sur le classement des habitations par zone de bruit, prendre des contacts permanents avec les riverains et avec les communes ;
  • S’inscrire dans le développement durable en contrôlant le bruit des avions tous les jours ;
  • Générer de l’activité économique (ex. : autour de Liège, sur 370 ha de terrains disponibles).

Aéroport de Liège

  • Spécialisé dans le transport de marchandises
  • 7e aéroport cargo européen
  • 2.778 emplois directs sur le site et 9.445 emplois directs et indirects estimés
  • 675.000 tonnes de fret transportées en 2011

Aéroport de Charleroi

  • Spécialisé dans le transport de personnes
  • 700 emplois
  • 96 destinations dans le monde
  • 6 millions de passagers en 2011

Micro-contenus - Liège et Charleroi = 15 000 emplois directs ou indirects. En activité de « fret », un boeing 747, c’est 100 emplois garantis par jour. La Sowaer a rénové, acquis ou démoli 8.000 immeubles autour des aéroports de Liège et de Charleroi. Chaque aéroport est équipé de 16 sonomètres pour contrôler le bruit.

Fichier attachéTaille
PDF icon sowaer.pdf153.46 Ko