Pourquoi la Wallonie régule la population de Bernaches du Canada?

Mardi, 27 Juin, 2017

Les effectifs de Bernaches du Canada, espèce d’origine Nord américaine issue d’introductions au 19ième siècle, sont en forte progression depuis une dizaine d’années, en Wallonie comme dans les régions limitrophes. Entre 7.000 et 11.000 individus sont recencsés dans notre Région. Cette progression est due à la fécondité importante, à la grande longévité et à la capacité de dispersion de l’espèce.

Les effectifs importants dénombrés en certains endroits de Wallonie s’accompagnent de nuisances : occupation des espaces verts, accumulation de déjections,  pollution des eaux de baignade,dégradation des milieux naturels ou semi-naturels, éviction des espèces indigènes, dommages agricoles, justifiant de prendre des mesures de gestion.

Un plan de régulation des populations de Bernaches du Canada en Haute Meuse a en conséquence été élaboré par le Service public de Wallonie en collaboration avec le Contrat de rivière Haute-Meuse  dans le but de ramener les effectifs de cette espèce en dessous du seuil critique de nuisances provoquées par les hautes densités locales. Ce plan vise à mettre en place les mesures de régulation suivantes :

  • Sensibilisation du public et des acteurs pour éviter les actions qui favorisent l’espèce ;
  • Augmentation de la pression de chasse sur l’ensemble du territoire ;
  • Réduction du taux de reproduction par neutralisation des œufs ;
  • Actions ponctuelles de capture et euthanasie pendant la période de mue.

Ces actions s’inscrivent dans l’engagement du Gouvernement wallon à lutter contre les espèces exotiques envahissantes dont la prolifération pose problème (déclaration de politique régionale 2014-2019).

Précisons bien que conformément à la Directive européenne 2009/147/CE, les actions ne visent pas à éradiquer les populations de Bernaches du Canada en Wallonie mais à les ramener à un niveau acceptable.

Le territoire de la Haute-Meuse singulièrement touché 

Durant la période de mue, près de 2.000 Bernaches du Canada se concentrent sur un nombre réduit de sites le long de la Meuse, ce qui engendre une forte pression mais constitue aussi une opportunité unique de capture à moindre frais permettant de réduire significativement les effectifs ainsi que les nuisances associées.

A ce stade, les actions retenues sur le territoire de la Haute-Meuse sont :

  • La communication vers différents acteurs concernés et vers le grand public notamment pour éviter le nourrissage qui favorise le développement de la population (depuis 2012 en collaboration avec le Contrat de rivière Haute-Meuse) ;
  • La  stérilisation des œufs sur les îles mosanes en vue de diminuer le succès de reproduction (depuis 2012) ;
  • Localement, la capture en période de mue suivie d’euthanasie sous contrôle vétérinaire (première opération en  2016). 

L’objectif des actions de capture-euthanasie est une réduction rapide des densités d’oiseaux sur des sites problématiques afin de réduire significativement les nuisances.

Deux actions de capture-euthanasie sont prévues fin juin/début juillet 2017 en Haute-Meuse: l’une sur les prés de Godinne (Commune d’Yvoir) et l’autre sur la Commune de Dinant. Il s’agit de sites qui présentent des fortes concentrations d’individus engendrant des nuisances importantes pour la nature, l’agriculture et les espaces verts.

Découvrez le reportage d'RTL lors de l'opération menée le 27 juin 2017 à Godinne: