Peste porcine africaine : la Wallonie soutient les éleveurs de porcs

Vendredi, 12 Octobre, 2018

Le Gouvernement wallon vient d'adopter un projet d'arrêté octroyant une aide exceptionnelle aux éleveurs de porcs touchés par l'interdiction de repeuplement des exploitations porcines situées dans la zone infectée par la peste porcine africaine.

Pour rappel, c'est le 26 septembre qu'il a été décidé de procéder à un vide sanitaire en abattant les porcs présents dans le périmètre de 63 000 ha et d'interdire le repeuplement.

Cette décision entraînant un manque à gagner pour les 60 éleveurs concernés, une indemnisation calculée sur base du nombre moyen d'animaux présents sur l'exploitation multiplié par le montant moyen d'indemnisation fixé par animaux (porcs de reproduction ou d'engraissement) et par filières (bio, standard, plein air ou vente directe) sera versée trimestriellement durant toute la durée de l'interdiction de repeuplement.

L'aide sera prolongée au delà de la période pour couvrir l'absence de recettes entre la levée d'interdiction et la commercialisation effective de la nouvelle production (6 mois pour les éleveurs engraisseurs et 12 mois pour les éleveurs naisseurs-engraisseurs).

Octroi d'un soutien aux ateliers de découpe de gibiers et défraiement pour l'évacuation et le transport des carcasses

Ce jeudi 8/11, le Gouvernement wallon a adopté un arrêté visant à soutenir les ateliers de découpe de gibiers dans le cadre de la prise en charge des carcasses de sangliers chassés sur l'ensemble du territoire wallon, à l'exception du périmètre infecté.

De plus, en vue de soutenir l'évacuation et le transport des sangliers vers le centre de collecte de Virton, un second arrêté accordant un défraiement pour ces missions a été proposé.

- Défraiement

Les personnes participant à la destruction des sangliers ont été contraints de suivre une formation en biosécurité pour évacuer et transporter les carcasses de la Zone d'observation renforcée (ZOR) vers le centre de collecte basé à Virton où sont effectués les prélèvements. Si l'essentiel du matériel ( bâches, gants, ...) est fourni par l'administration, un défraiement forfaitaire de 100 € est dorénavant prévu pour la collecte et le transport des carcasses. Cette disposition s'étale sur un minimum de 16 semaines et complète l'allongement de la période d'ouverture de la chasse en battue et au chien courant durant les mois de janvier et février 2019. Elle est couplée à l'interdiction, pour l'année 2018-2019, de toute forme de restriction de tirs sur l'espèce sanglier, à partir de l'ouverture de la chasse en battue au 1er octobre 2018.

- Ateliers de découpe

Dans le respect des règles européennes, une compensation aux ateliers de découpe de 70 € par carcasse réceptionnée et transformée est prévue pour soutenir les opérateurs et afin de compenser les charges extraordinaires qui leur sont imposées. Cette mesure ne vaut que pour les sangliers chassés en dehors du périmètre infecté de 63 000 ha. Cette subvention exclut les carcasses de gibier provenant d'un parc à gibiers à des fins commerciales. Des mesures de contrôle accompagneront l'octroi de la subvention.

 

 

Lire l'actualité sur les mesures de lutte contre la peste porcine africaine

Fichier attachéTaille
PDF icon Les élevages porcins concernés en chiffres157.32 Ko