Mesures de lutte contre la peste porcine africaine

Mardi, 18 Septembre, 2018

À ce jour, cinq cas de peste porcine africaine ont été confirmés dans la région d’Etalle, en province de Luxembourg. Suite à cette information, l'AFSCA (Agence fédérale pour la Sécurité alimentaire) et le Service public de Wallonie se sont concertés en urgence ce vendredi 14 septembre pour établir  des mesures coordonnées. Suite à cette réunion, des mesures de lutte strictes vont être établies en Wallonie.

En effet, si le virus de la peste porcine n’est pas dangereux pour l’homme, il est hautement contagieux pour les cochons et les sangliers. La lutte contre cette maladie constitue donc un véritable enjeu de santé animale et économique pour lequel les compétences se répartissent entre le niveau régional, pour ce qui concerne la santé de la faune sauvage et le niveau fédéral pour la santé des porcs d'élevage et domestiques.

La peste porcine africaine

La peste porcine africaine [PPA] est une maladie virale contagieuse qui touche les porcs et les sangliers, mais en aucun cas l’homme. Le virus se transmet facilement d’un animal à l’autre, soit par contacts entre individus, soit par du matériel contaminé (bottes par ex.) ou des restes alimentaires, porteurs du virus et abandonnés par l’homme. Il n’existe à l’heure actuelle aucun traitement ou vaccination possible contre la maladie. Des mesures strictes de prévention et de lutte sont définies au niveau européen et national.

Propagation du virus

La PPA est présente depuis plusieurs années dans les pays d’Europe de l’Est, à la fois chez les porcs domestiques et chez les sangliers. Ces derniers mois, elle s’est propagée plus rapidement et plus à l’ouest, touchant des pays jusque là protégés, notamment via l’introduction de restes de denrées alimentaires abandonnés par des voyageurs en provenance de zones infectées. En Belgique, une task force a été mise en place fin mars 2018 pour implanter des mesures de lutte contre cette maladie au sein de la faune sauvage et des mesures de prévention dans les élevages porcins. Ce sont ces mesures de veille de terrain qui ont permis la mise en évidence dernièrement de cas suspects pour quelques sangliers morts.

Lutte contre la propagation de la maladie

Les dispositions prises concernent un périmètre de 63.000 hectares tel que défini par l’AFSCA et le SPW en accord avec la Commission européenne. L’Arrêté prévoit les mesures suivantes applicables jusqu’au 14 octobre inclus :

  • Toute forme de chasse aux grands gibiers est interdite et ce, afin d’éviter une dispersion des populations de sangliers. Cette mesure, couplée à la recherche active des cadavres de sangliers, permettra de délimiter, avec précision, le territoire infecté.
  • Le nourrissage du grand gibier est prohibé pour prévenir tout risque de concentration de population et donc de contamination renforcée.

Les cadavres répertoriés seront exclusivement prélevés et transportés par une équipe ad hoc. Les chasseurs sont priés d’éviter tout contact direct avec ces animaux et de prévenir immédiatement les agents forestiers locaux notamment via le call center de la Wallonie au 1718.

En ce qui concerne le grand public, le code forestier est appliqué strictement : à savoir l’obligation de ne pas quitter en forêt les routes, chemins, et sentiers, afin d'éviter au maximum la dispersion des sangliers présents sur le territoire concerné. Les organisateurs d’activités de masse (trails, randonnées VTT,…) seront invités à revoir leur parcours en prenant contact avec le cantonnement concerné du DNF.

Le travail en forêt reste autorisé mais en prenant toutes les précautions pour éviter la propagation du virus en procédant à la désinfection des machines, chaussures, etc. Les mêmes précautions sont d’usage pour les travaux aux champs à proximité des zones forestières. Les produits conseillés sont répertoriés sur le site du SPF Santé publique.

Les élevages porcins situés dans ou à proximité de la zone concernée ont reçu des directives et consignes de la part de l’AFSCA afin d’éviter tout contact avec le virus.

Enfin, les différents niveaux de pouvoir en Belgique continueront à travailler en étroite collaboration afin d’optimiser l’efficacité des mesures de prévention et de lutte contre la maladie. Aux niveaux international et européen, des échanges sont mis en place avec les pays voisins et la Commission européenne.

Les causes, symptômes et mesures de protection explicitées en une vidéo :