Lancement du chantier du futur centre PEREX 4.0

Lundi, 11 Septembre, 2017

Le chantier du nouveau centre PEREX va débuter à Daussoulx sous la supervision de la DG Routes du SPW et de la SOFICO. Ce nouveau centre consiste à développer un concept de « réseaux intelligents » permettant de gérer les infrastructures (auto)routières et fluviales en temps réel, avec comme priorités plus de sécurité routière, l'amélioration de la mobilité et une meilleure information des usagers.

Perex 4.0 permettra à terme d’accueillir dans les meilleures conditions les services suivants du Service public et de la Police fédérale :

  • Gestion du trafic routier
  • Gestion hydrologique intégrée : lutte contre et gestion des inondations
  • Gestion du Trafic fluvial
  • Télécommunications
  • Police fédérale de la route – Centre régional de traitement (CRT) : centre de traitement unique et centralisé des constats d’infractions routières ;
  • Média radio

De nouveaux équipements sur le terrain

L'infrastructure sera équipée d'un nouveau parc informatique centralisé permettant de gérer, contrôler et sécuriser les réseaux en temps réel. En même temps, il sera procédé progressivement à des investissements dans des équipements sur le terrain, aussi bien pour la gestion des infrastructures routières que hydrauliques et hydrologiques. Ces nouveaux équipements sur le réseau consisteront notamment en :

  • une modernisation du parc d’équipements dynamiques, nouveaux panneaux à messages variables permettant de mieux communiquer auprès des usagers ;
  • le placement de signalisation dynamique d’affectation de voie en cas de fermeture d’une bande de circulation pour sécuriser le réseau lors d’un incident, des travaux, ... (exemple : dans la liaison E25-E40 actuellement) ;
  • l’installation de caméras de contrôle supplémentaires ;
  • le remplacement des stations météorologiques obsolètes ;
  • la mise en place d’un système centralisé de gestion des temps d’attente aux écluses pour les bateaux ;
  • la gestion centralisée des ouvrages d’art hydrauliques de régulation ;
  • la télégestion des barrages et réservoirs ;
  • la centralisation des mesures hydrologiques.

Concrètement, les nouveaux équipements électromécaniques, télématiques et informatiques permettront d’atteindre de nouveaux objectifs ambitieux :

  • la possibilité d’agir en temps réel sur le trafic ou sur un évènement majeur;
  • une meilleure remontée de l’information liée au trafic ;
  • une plus large diffusion de l’information vers l’externe (opérateurs de terrain et usagers) ;
  • un accroissement de la rapidité de communication notamment via le réseau de fibres optiques ;
  • la multiplication des points de contrôle (caméras) ;
  • la création d’un poste de contrôle opérationnel pour tout évènement lié à l’urgence sur les réseaux et pour la gestion des pré-alertes et alertes hivernales ;
  • la gestion des informations provenant des caméras de type « A.N.P.R. », installées par la Police fédérale en collaboration avec la Wallonie. Leur objectif consiste à scanner les plaques l’immatriculation et à les relier à un fichier informatique centralisé.
  • la gestion des eaux (hydrologie) et la lutte contre les inondations ;
  • la gestion d'applications pour des sujets spécifiques comme la lutte contre les véhicules fantômes, la gestion des places pour les poids lourds sur les aires d'autoroute, etc.

Deux études en cours aujourd'hui devraient permettre d'identifier les investissements nécessaires dans le Perex 4.0 aussi que sur les réseaux. Les résultats de ces études sont attendus pour fin 2017.

Bâtiment durable

Des investissements en équipements seront ensuite progressivement réalisés, par phases successives. La nouvelle structure sera composée de 5 niveaux. Chaque plateau recouvrira une surface moyenne de 800 m², ce qui représente au total de +/- 4000 m² pour l'extension. Grâce aux panneaux photovoltaïques situés sur son toit et à la récupération de la chaleur émise par les équipements du data center, ce nouveau bâtiment pourra être qualifiée de « zéro énergie ».

L'ancien bâtiment bénéficiera quant à lui d'un sérieux « lifting » qui permettra d'offrir une vision globale et unifiée des bâtiments et de réduire son empreinte énergétique (changement des châssis actuels par des châssis aluminium du même type que l’extension, nouvelle enveloppe extérieure par le placement d’un crépi isolant,… ).

Les travaux devraient être finalisés pour le début de l’année 2019. Le projet a fait l'objet d'un marché de conception, de construction et de maintenance sur 5 ans du bâtiment, estimé à 10 millions €. Il a été attribué début 2017.