La Wallonie met en place un réseau Loup

Jeudi, 18 Mai, 2017

Le Service public de Wallonie a réuni la presse ce jeudi 18 mai au Sart-Tilmant à Liège afin de faire le point sur les indices sérieux (et les fausses informations) annonçant le retour du loup en Wallonie, un siècle après sa disparition de notre territoire.

A ce jour, le SPW, grâce au travail de ses scientifiques et de ses forestiers, et en collaboration avec l’ULg, a répertorié 4 indices sérieux (sur une trentaine de faits portés à notre connaissance) indiquant un passage du loup sur notre territoire :

  • Fin août 2016 (Plateau des tailles) : 3 moutons tués, 3 blessés (photo ci-contre)
  • Fin octobre 2016 (Massif de Saint-Hubert) : observation par des chasseurs
  • Début novembre 2016 (Massif de Saint-Hubert) : observation nocturne
  • Février 2017 (Plateau des tailles) : carcasse de chevreuil (photo ci-dessous)

Chevreuil (Crédit SPW-M.Pêcheur)Ces indices sérieux démontrent une chose : La question n’est plus de savoir SI le loup va revenir s’installer sur notre territoire mais QUAND ?

A cet égard et afin de préparer et d’encadrer au mieux le retour de l’emblématique canidé sur notre territoire, le Service public de Wallonie, avec le soutien du Gouvernement wallon, a tenu à rassembler les divers protagonistes impliqués au sein d’un « réseau loup ».

Ce réseau loup est composé :

  • du Service public de Wallonie (via ses Départements de l’Étude du Milieu Naturel et Agricole (DEMNA) et de la Nature et des Forêts (DNF) ;
  • de l’ULg en tant que partenaire scientifique ;
  • de naturalistes (dont FERUS et NATAGORA) ;
  • de représentants de la chasse via Royal St-Hubert club de Belgique ;
  • et de représentants des éleveurs ovins-carpins (SoCoPro Asbl).

Les missions du réseau sont :

  • L’analyse d’indices de présence ;
  • L’application des procédures standardisées (notamment en cas d’attaque d’ovins ou caprins) pour la collecte et la validation des données ;
  • La centralisation des données et validation au niveau du SPW (DEMNA) ;
  • L’échange d’informations pertinentes, d’expériences,… avec les régions et pays voisins.

Afin de répondre à ces enjeux et à l’initiative du SPW (coordination par le DEMNA), les 30 membres du réseau étaient rassemblés ces 16, 17 et 18 mai (à Marloie et au Sart-Tilmant) afin de suivre une formation dispensée par deux spécialistes français du loup, membres de l'Office National de la Chasse et la Faune Sauvage (ONCFS).

En cas d'observation directe de loup ou d'indice fiable de sa présence (carcasse de proie, empreintes, excrément, etc.), veuillez contacter le SPW via le lien suivant: www.reseauloup.be