La tirette en voiture : pour plus de fluidité

Mercredi, 7 Juin, 2017

Déjà appliquée avec succès chez certains de nos voisins européens, la tirette est inscrite dans le Code de la route belge depuis le 1er mars 2014.

Or, de nombreux usagers ne connaissent pas ou peu ce mécanisme, ce qui provoque chez certains de la frustration. Le principe de la fermeture éclair est une règle formelle de conduite qui est imposé aux endroits où une bande de circulation est interrompue : le conducteur doit continuer de rouler sur sa bande de circulation jusqu’au rétrécissement pour ensuite s’intercaler sur la bande de circulation contigüe où la circulation se poursuit. Les conducteurs se trouvant sur cette bande doivent laisser tour à tour un conducteur s’insérer.

 

Le non-respect du mécanisme constitue une infraction du premier degré. Les personnes qui refusent de l’appliquer s’exposent à une amende de 55 €.

Le principe de la tirette ne s’applique pas à un rond-point ni pour les automobilistes qui montent sur l’autoroute ou qui « forcent » le passage en sortant de l’autoroute le plus tard possible. Ils doivent se rabattre plus tôt, et s’intégrer à l’arrière de la file en formation. Dans les ronds points encombrés, rien n’empêche, par simple courtoisie, de laisser s’intégrer un véhicule.

Une cinquantaine de nouveaux panneaux sont en cours d’installation par le SPW sur le réseau régional en les limitant à divers endroits stratégiques, tout en évitant d’accentuer la surabondance de panneaux de signalisation. Ces localisations seront définies en fonction des lieux où le trafic est important (sur autoroute lors du passage de 3 à 2 bandes de circulation), où les remontées de files génèrent des embouteillages récurrents (entre deux ronds-points par exemple) ou encore avant le début d’un chantier.

Le mécanisme de la tirette est essentiel afin de permettre de désengorger par endroit le trafic, ce qui favorisera la conduite des usagers et par conséquent leur confort, leur mobilité et leur sécurité.