Inauguration du nouveau barrage de Kain

Mercredi, 6 Juin, 2018

Les nouvelles installations du barrage de Kain ont été inaugurées ce 5 juin 2018. Creusé en site propre pour un budget de 14 millions d’euros, ce nouveau barrage s’intègre au projet Européen « Seine-Escaut Est » comprenant le passage du Haut-Escaut et de la dorsale wallonne au gabarit de navigation de 2000 tonnes.

Quels travaux ?

Le nouveau barrage, d’une chute d’1,65 m, comporte deux pertuis de 12m de largeur et équipés de vannes à clapet. Grâce à l’action des vérins hydrauliques, ces clapets peuvent être plus ou moins inclinés en fonction du débit de l’Escaut.

L’augmentation de la longueur de vanne (+ 30 %) permettra d’encore mieux gérer le niveau du bief amont, qui passe dans la ville de Tournai et court jusque Fresnes, en France. Le risque d’inondation dû au mauvais fonctionnement du barrage étant considérablement diminué.

L’ancien barrage datant de 1920 a été remplacé par une centrale hydroélectrique munie de 3 vis d’une puissance de 57 KW par vis. La production annuelle du site est estimée à 900 MWh. Un tiers de cette production d’électricité verte sera utilisé pour manœuvrer le barrage et l’écluse toute proche, le reste sera injecté sur le réseau électrique.

Deux passes à poissont viennent également compléter l’ouvrage. Une des deux échelles a été dimensionnée pour la migration de l’anguille et de la lamproie. Celles-ci sont constituées de bassins successifs ayant chaque fois une chute d’eau de 25 centimètres, de façon à reprendre la hauteur totale, soit 1,60 mètre.

Enfin, une zone de parc a également été aménagée en rive gauche et sur l’îlot. Elle comprend des tables de pique-nique, des bancs et un parking pour les vélos. Le chemin RAVeL, complètement refait, est lui complété de sentiers en dolomie à hauteur du barrage.

  Copyright : SPW - G. Pasquarelli

2 millions de camions en moins sur nos routes

Le transport de marchandises par voies hydrauliques représente un bénéfice considérable pour la mobilité, l'économie, l'environnement et le développement durable en Wallonie. C'est en effet 40 millions de tonnes qui sont transportées chaque année via les voies navigables. Soit l'équivalent de 2 millions de camions qui ne se retrouvent pas sur nos routes...