32 projets pour faire face à la pénurie de médecins

Mardi, 12 Juin, 2018

32 projets destinés à favoriser l’établissement de médecins généralistes en milieu rural ont été approuvés par le Gouvernement wallon. Cette sélection est la suite de l'appel à projet lancé en septembre 2017 pour faire face à la pénurie de généralistes.

2,5 millions € vont être mobilisés pour permettre la création de 20 cabinets ruraux et de 12 logements tremplins afin de garantir une médecine de proximité aux populations concernées.

L'objectif est double : lutter contre l'absence d'offre médicale de proximité et de première ligne tout en garantissant un accès équitable aux soins de santé.

Contexte

Parmi les 229 communes rurales de Wallonie, plus de 6 sur 10 font face à une pénurie de médecins généralistes. Dans 50 d’entre elles, il n’y a même pas de généralistes de moins de 40 ans. Et les projections pour l’avenir ne sont pas encourageantes : en 2037, il y aura 5,09 généralistes pour 10 000 habitants en Fédération Wallonie-Bruxelles, contre 9,9 actuellement. En 2023, seulement 607 numéros INAMI seront délivrés pour les Francophones et en 2025, seulement 43 % des médecins francophones qui partiront à la retraite seront remplacés.

En outre, les freins à l’installation en zone rurale peuvent être nombreux. Charge de travail plus conséquente, isolement professionnel, permanence des soins... Autant de facteurs qui entraînent un désintérêt envers nos campagnes pour bon nombre de jeunes médecins.

Ce programme repose sur deux axes complémentaires :

  • La création de logements-tremplins (LT) réservés aux assistants en médecine ainsi qu’aux nouveaux médecins généralistes actifs sur le territoire. Le bail d’un an renouvelable à tarif modéré facilitera l’installation durable des bénéficiaires au profit de la population locale.
  • La création de cabinets ruraux (CR) d’au moins deux locaux. Ces derniers pourront accueillir aussi bien des généralistes qu’une offre médicale pluridisciplinaire.

32 projets dans 22 communes

Composé de la Fédération des Associations de Généralistes de la Région wallonne, de l’Agence wallonne pour une Vie de Qualité (AViQ) et de la direction du Développement rural du Service public de Wallonie, le jury évalue les projets sur la base des critères d’évaluation suivants :

  • Degré de pénurie de la commune
  • Concertation locale (population, Commission locale de développement rural, médecins…)
  • Rapidité de mise en œuvre du projet
  • Adéquation avec les besoins
  • Capacité financière de la commune
  • Communication (toutes les mesures qui seront mises en œuvre pour attirer les assistants et médecins)
  • Capacité de résilience du projet en cas d’échec

Chaque projet bénéficie d’une intervention maximale de 100 000 € ; le taux de subvention pouvant, quant à lui, atteindre 60 à 80 %.